L’Amante de l’Arsenal : Journal 2016-2018 – Gabriel Matzneff

L’Amante de l’Arsenal : Journal 2016-2018 – Gabriel Matzneff


L’Amante de l’Arsenal: Journal 2016-2018 (Broché)


Prix habituel EUR 24,00
Neuf: EUR 24,00 EUR En stock
Used from: EUR 24,00 En stock
Release date: November 14, 2019.
buy now

Présentation de l’éditeur



Il s’agit du XVe volume du Journal intime de Gabriel Matzneff, qui s’étend d’août 2016 à août 2018. Le dandy byronien de 81 ans sort doucement de son cancer, il assujettit son corps à la diététique. Un oeil sur la balance, un autre sur le spectacle du monde : il donne régulièrement des chroniques à Jérôme Béglé du Point. Il relit les classiques latins, Schopenhauer, Stendhal, hante Saint-Germain-desPrés, fait de longs séjours en Italie : Bordighera, Rome, Naples…

A l’Arsenal, lors d’une réunion de la Byron Society, Gabriel rencontre Virginie. La jeune femme ressemble à Ornella Muti, récite l’angélus chaque matin, lit Oscar Wilde et Léon Bloy. Ils deviennent amants. L’Amante de l’Arsenal séduira les fidèles lecteurs de Gabriel Matzneff. Ils y trouveront son regard unique, ses obsessions, ses thèmes récurrents. Ils y découvriront la belle âme de Virginie et un Gabriel émouvant et serein.

Présentation de l’auteur



Gabriel Matzneff est un écrivain français d’origine russe.

Il est issu d’une famille russe émigrée en France après la Révolution de 1917. Ses parents divorcent dans sa prime enfance. Cependant, il évolue dès son plus jeune âge dans le milieu « raffiné et cultivé » des russes blancs de Paris, où religion et littérature nourrissent également les esprits. Il demeure pétri de cet esprit particulier, et y fait référence à de nombreuses reprises dans son œuvre, particulièrement dans ses trois premiers romans.

En 1954 il est à la Sorbonne, en Lettres Classiques. Il suit également des cours de russe aux Langues Orientales. En 1957, il rencontre Henry de Montherlant, dont il demeure un fidèle et un intime, malgré des brouilles intermittentes, jusqu’au suicide de ce dernier en 1972.

En 1959, il est incorporé dans un régiment d’infanterie coloniale. À son retour à Paris, en 1961, il commence à publier des textes dans des revues et dans le quotidien « Combat ». À partir de cette date, il collabore à de nombreux organes de presse, qui sont de couleurs politiques fort diverses.

Son premier livre, « Le Défi », qui est un recueil d’essais, paraît en 1965. Son premier roman, « L’Archimandrite », dont il a commencé la rédaction pendant son service militaire, paraît en 1966.

En avril 1967, il séjourne en URSS et en République populaire de Pologne. Il fait dans les années 1970, en particulier en 1970 et 1971, de nombreux voyages au Proche-Orient, en particulier au Liban, en Égypte, en Syrie et, plus tard, en Libye.

En 1974, paraît un essai, « Les Moins de seize ans », dans lequel Gabriel Matzneff expose son goût pour les « jeunes personnes », soit les mineurs des deux sexes, qui ont à diverses occasions pu partager son lit. Déjà provocantes à l’époque de leur parution, ces confessions sont devenues scandaleuses dans les années qui ont suivi.

Après 1990, à la suite d’une polémique retentissante autour de son goût affiché pour les jeunes partenaires sexuels, il s’éloigne partiellement de la vie publique, mais continuera de publier régulièrement.

L’attribution le 4 novembre 2013 du prix Renaudot de l’essai pour son ouvrage « Séraphin c’est la fin ! » relance la polémique au sujet de sa pédophilie.