Une brève éternité : Philosophie de la longévité – Pascal Bruckner

Une brève éternité : Philosophie de la longévité – Pascal Bruckner


Une brève éternité: Philosophie de la longévité (Broché)


Prix habituel EUR 19,00
Neuf: EUR 19,00 EUR En stock
Used from: EUR 19,00 En stock
buy now

Présentation de l’éditeur



Qu’est ce qui a changé dans nos pays depuis 1950 ? L’espérance de vie a augmenté de 20 à 30 ans, l’équivalent du total d’une existence au XVII° siècle. Passé la cinquantaine, l’animal humain connaît une sorte de suspension : plus tout à fait jeune, pas vraiment vieux, en apesanteur.

C’est un sursis qui laisse la vie ouverte comme une porte battante. Formidable avancée qui bouleverse tout : les rapports entre générations, la question affective et familiale, le sens même de notre destin. Ce sursis est à la fois passionnant et angoissant. Il faut remplir cette moisson de jours supplémentaires. Les échéances raccourcissent, les possibles s’amenuisent mais il y a encore de la découverte, des surprises, des amours bouleversantes.

Le temps est devenu un allié paradoxal : au lieu de nous tuer, il nous porte. Que faire de ce cadeau ambigu ? S’agit-il seulement de vivre plus longtemps ou plus intensément ? De recommencer ou de bifurquer ? Qu’en est-il du remariage, d’une nouvelle carrière ? Comment éviter la fatigue d’être, la mélancolie des crépuscules, comment traverser de grandes joies et de grandes douleurs ?

Nourri à la fois de réflexions et de statistiques factuelles, puisant aux sources de la littérature, des arts comme de l’histoire, ce livre propose une philosophie de la longévité fondée non sur la résignation mais sur la résolution. En somme, un art de vivre cette vie en plus. N’y a-t-il pas une joie profonde à être encore vivants à l’âge ou nos ancêtres avaient déjà un pied dans la tombe ?

Présentation de l’auteur



Pascal Bruckner est un romancier et essayiste français né à Paris en 1948.

Il vit jusqu’à l’âge de 6 ans dans un sanatorium en Autriche. Il étudie notamment chez les jésuites à Lyon, poursuit ses études à Paris, au lycée Henri-IV (hypokhâgne et khâgne), à l’université Paris I et à l’université Paris VII, puis à l’École pratique des hautes études.
Sa thèse de doctorat, consacrée à l’émancipation sexuelle dans la pensée du socialiste utopique Charles Fourier, intitulée « Le corps de chacun est accessible à tous », a été dirigée par Roland Barthes et soutenue en 1975 à l’Université Paris VII.

Depuis 1986, il enseigne dans des universités américaines, notamment celle de New York. Depuis 1990, il est maître de conférence à l’Institut d’études politiques de Paris.

Pascal Bruckner s’illustre d’abord, au milieu des années 1970, aux côtés des « nouveaux philosophes ». De 1983 à 1988, il a été membre du conseil d’administration d’Action contre la faim. Il est par ailleurs signataire de l’appel de soutien à l’Initiative de Genève, plan de paix prévoyant la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël.

De 1992 à 1999, il milite contre l’agression serbe en ex-Yougoslavie, en Croatie d’abord, puis en Bosnie et au Kosovo. En 1999, il défend l’intervention militaire de l’OTAN contre les forces serbes. En 2003, favorable à la destitution de Saddam Hussein, il appuie l’intervention militaire en Irak dans un article paru dans Le Monde, cosigné avec un groupe d’intellectuels, notamment Romain Goupil et André Glucksmann, qui participeront, trois ans plus tard, à la création de la revue d’orientation pro-occidentale « Le Meilleur des Mondes ».

Pascal Bruckner est l’auteur, notamment, de « La tentation de l’innocence » (prix Médicis de l’essai, 1995), « Les voleurs de beauté » (prix Renaudot, 1997), « Misère de la prospérité » (Prix du meilleur livre d’économie et prix Aujourd’hui, 2002), « Le fanatisme de l’Apocalypse » (prix Risques, 2011), « Un bon fils » (Prix Transfuge du meilleur poche français, 2015).

Outre ses activités d’écrivain, Pascal Bruckner est éditeur chez Grasset. Il collabore au Nouvel Observateur, au Monde et à Causeur.